NADJI-LET

internet explorer est mort, navigateur clé de l’histoire du Web


internet explorer est mort, navigateur clé de l’histoire du Web

C’est fini : Internet Explorer s’est éteint à la veille de son 27e anniversaire – comme les rock stars les plus légendaires… Revenons sur quelques moments clés de la grande histoire de ce logiciel essentiel, sur lequel toute une génération d’internautes a grandi.

À partir d’aujourd’hui, 15 juin, Microsoft ne prend plus en charge l’ancien champion poids lourd des navigateurs que des millions d’internautes aimaient détester et qui, selon d’autres, est toujours adoré.

Depuis ce matin, lorsque vous vous connectez à Internet Explorer, un message s’affiche pour vous avertir que le navigateur a été retiré et que les applications et sites web que vous utilisiez peuvent être ouverts dans Microsoft Edge en mode Internet Explorer. Le message principal est sans équivoque : l’avenir d’Internet Explorer est dans Microsoft Edge.

Le navigateur, vieux de 27 ans, rejoindra les appareils BlackBerry, les modems téléphoniques et les Palm Pilots dans les catacombes de la technologie.

La disparition d’Explorer n’est pas une surprise. Il y a un an, Microsoft a annoncé son retrait le 15 juin 2022, exhortant les utilisateurs à se tourner vers le navigateur Edge lancé en 2015.

Quand Internet Explorer a remplacé Netscape

Microsoft a publié la première version d’Internet Explorer en 1995, alors que Netscape Navigateur était le favori des internautes. Son introduction a marqué le début de la fin de Navigateur : par la suite, Microsoft a lié Explorer et son système d’exploitation Windows si étroitement que de nombreuses personnes ont simplement choisi par défaut Explorer plutôt que Navigateur.

En 1997, le ministère américain de la justice a intenté un procès à Microsoft, l’accusant d’imposer son navigateur comme condition d’utilisation de Windows. Un règlement final a été conclu en 2002. Microsoft s’est également heurtée aux autorités européennes, qui estimaient que l’alliance entre Explorer et Windows conférait à Explorer un avantage déloyal par rapport à des rivaux tels que Firefox de Mozilla, Opera et Chrome de Google.

Les utilisateurs, quant à eux, se sont plaints de la lenteur d’Explorer, de sa propension aux pannes et de sa vulnérabilité aux attaques. Sa part de marché, qui dépassait 90 % au début des années 2000, a commencé à fondre à mesure que les utilisateurs découvraient des options plus intéressantes.

Aujourd’hui, Chrome détient environ 65 % du marché mondial des navigateurs, devant Safari d’Apple (19 %), selon Statcounter. Edge est loin derrière avec 4%, devant Firefox.